Partagez | 
 

 Le forgeron rencontre l’éclair blanc

Aller en bas 
AuteurMessage
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Jeu 18 Aoû - 4:57

Après six long mois d'entrainement a alabasta j'ai repris la mer, je savais tout sur l'or, et les améliorations que j'avais fais sur mon équipement comme sur mon corps m'avaient rendus amplement plus puissant, j'ai tout appris de l'acupuncture et sur les propriétés chimiques de l'or.
J’étais impatient de tester mes nouvelles capacités.
Après plusieurs jours de navigations sur mon bateau improvisé je suis arrivé a Holiday Island ,j'hésita a y aller mais je me dis qu'un peut de repos ne me ferais pas de mal. Je paya pour une semaine de stationnement , laissa mes affaires dans une chambre d’hôtel, mis mon maillot de bain et alla au bar pour se détendre un peut une fois arrivé je commanda trois tonnelets de bière ,et vida les deux premiers cul sec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Jeu 18 Aoû - 8:42

Après avoir naviguer plusieurs jours sur ma petite embarcation et avoir essuyer un violent ouragan, les provisions commencèrent à manquer. Seul sur mon vaurien, j’errais toujours sur Grandline à la recherche d’un équipage. Je ne savais pas trop où j’allais mais je continuai d’aller tout droit. Je ne croyait ni à la chance, ni au destin. J’avançais, c’est tout. Si je devais mourir maintenant, et bien je mourrais. Je n’aurais pas de regret. Je ne vis que pour ne pas m’ennuyer. Je ne tiens d’ailleurs pas à la vie, mais il serai inutile d’y mettre un terme. Non pas que je sois lâche d’en finir, juste que je continu par simple curiosité. Il n’y a rien de spécial qui me retiens ici enfaite. Tout ce que je recherche c’est de l’occupation pendant que je passe ma vie sur terre.
J’apercevais enfin une silhouette au loin. Elle me paraissait bizarre. Ca ne ressemblait ni à une île ni à un navire. On aurait dit un palmier géant. Je me dirigeai dans sa direction et plus je me rapprochai, plus ca m’apparaissait distinctement. Je me trouvai à une centaine de mètres quand je vis que c’était enfaite un immense bâtiment qui se trouvait en plein milieu de l’océan. Qu’il soit là était déjà étrange mais le plus curieux c’était sa forme. Il faisait penser à un champignon sur lequel on aurait dresser un mat. J’aperçus une ouverture dans le pied, permettant au bateaux d’y accéder et de s’amarrer à l’intérieur. J’entrai dans ce qui semblai être un port. Deux homme m’accueillis et m’accompagna jusqu’à une barre d’attache. Ils m’expliquèrent ensuite que je me trouvait à Holiday Island, une île touristique. Ils m’exposèrent les activités que l’on y trouve:



_ 10 Piscines chauffées.
_ 3 Piscines à courant.
_ Des piscines pour plonger.
_ Des chutes d’eau pour la méditation.
_ Des bains de cola.
_ 50 types de spa à disposition.
_ Des tables de tennis et un casino immergés.
_ Des grands chefs cuisiniers et leurs larges portions de spécialités au restaurant.


Ils abordèrent la question des prix car bien entendu, tout cela avait un coup. Etant donné que ca restai dans mes moyens, je me disais qu’un petit séjour sur l’île du spa ne pourrai pas me faire de mal. Une jeune femme arrivât ensuite me guida jusqu’au sommet du champignon où se trouvait une immense terrasse sur laquelle se trouvais plusieurs bains, transats, chaises longue, tables, parasols et bien d’autres choses encore.
N’ayant pas d’affaires en particulier, je ne trouva pas nécessaire de passer à ma chambre. Le soleil tapait plus tôt fort, je décidât donc de me trouver un coin d’ombre et il s’avéra que le mieux se trouvait au bar. Je m’y rendis et pris place au côtés d’un jeune homme au cheveux blancs. Il avait intérêt à tenir l’alcool vu ce qu’il buvait.
Je commanda une bière bien fraiche pour me désaltérer et la vida d’un trait lorsque l’on me la servit. Je me tourna ensuite vers mon voisin et me permis de l’aborder:

« Vous ne devriez pas boire tant.. »

J’attendis sa réaction tout en me disant qu’il avait été futile de m’a part de lui conseiller une tel chose. Sa vie ne me regardait pas après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Jeu 18 Aoû - 9:23

J'entamais mon troisième tonnelet quand un homme me dis:
"vous ne devriez pas boire tant"
Je me tourna dans sa direction et le regarda :
Un jeune homme qui mesure 1m90 et sa peau est d'un blanc immaculé. Ses cheveux blond coupés court tombe sur son visage fin. Sont corps maigre mais musclé portait plusieurs cicatrices dut à ses précédent combat. Ses yeux taillé en amende sont d’un bleu électrique tellement profond qu’ils donnent l’impression de se noyé dedans lorsque l’ont croise son regard. Il porte habituellement des chemises de couleur uni qu’il ne ferme jamais ainsi que des vieux jeans souple coupés au dessus des genoux.
lui dis:
"Boarf...tu sait a force l'alcool ne me fais plus grand chose, quand je navigue seul je n'ais pas grand chose d'autre a faire...
Je lui tendis la main et me présenta
"Je suis Aeron Tekko, pirate....Enfin ...en règle générale..."
Je lui souris et j’attendis une potentielle réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Jeu 18 Aoû - 15:53

Le jeune homme à qui je m’étais adresser si maladroitement allai entamer son troisième tonnelet lorsqu’il se tourna vers moi et sembla me juger du regard. On aurai dit qu’il inspectait mon apparence. Je ne pensai pas avoir quoi que soit a me reprocher dans mon allure, de toute façon, je me fichai du regard des autres. Ce qu’ils pensaient de moi les regardais et ne m’atteignais pas.
A ma grande surprise, l’albinos des cheveux se mit à me répondre:


Je dosai délicatement mes réponses pour ne pas paraitre trop curieux. En attendant qu’il me réponde je commanda une autre bière. Une fois celle-ci arriver, je l’a vida jusqu’à sa moitié puis la reposa sur le comptoir.
Je ne savais pas ce que comptai faire Aeron. Si il voulait continuer cette conversation ou bien y mettre un terme. Je le regarda alors tout en remarquant qu’il avait une forte musculature ainsi qu’une cicatrice sur son torse.


"Boarf...tu sait a force l'alcool ne me fais plus grand chose, quand je navigue seul je n'ais pas grand chose d'autre a faire...


Il parlait du voie plus tôt grave. Selon ce qu’il venait de me dire, c’était un marin. Maintenant il restai à savoir si c’était un pirate, un marine ou bien un navigateur de plaisance ce qui revenait à savoir si c’était un ami ou ennemi. S’engager du côté de la liberté n’a pas forcément que des points positifs. L’opinion que ce font les gens sur les pirates peu grandement atteindre les relations sociales avec autrui.
L’homme me tendit alors sa main. Une main particulièrement usée. Surement un travailleur manuel comme un charpentier ou un forgeron. S’il me disait qu’il était du camp opposé je ne pourrai me résoudre à renier la voie que je me suis choisie. Je serrai obligé d’avouer mon statu en tant que pirate. La tournure que prendra les évènements si nos réponses ne sont pas compatible, risque de tourner au vinaigre.
Il se présenta ensuite:



"Je suis Aeron Tekko, pirate....Enfin ...en règle générale..."

Le soulagement que j’éprouva en entendent cela ne ce fit pas prier. Si je pouvais évité les bagarres, ca ne pourrai être que avantageux. Ma force de combat actuel étant trop faible, je risquai de ne pas en sortir gagnant. Malgré ma maitrise du Karaté, du judo et de l’aïkido, si mon adversaire avait une puissance supérieur à la mienne, je ne saurai pas de taille à luter contre lui.
Je serra la main qu’il me tendit tout en lui rendant son sourire. Je n’hésita pas à me présenter, plus je ferai de bonne rencontre, mieux ca ce passera.
Je répondit alors à ce fameux Aeron:



« Ravis de te rencontrer. Je m’appel Romario Silvic mais tu peu m’appeler comme tu le souhaite. Je suis aussi un pirate, solitaire et sans équipage pour l’instant. »


J’espérai ne pas en dire trop. Après tout je ne le connaissais pas. Il pouvait tout aussi bien être un ennemi. Il valait mieux que je reste sur mes gardes et que je m’abstienne d’en dire plus pour le moment. Je tachai donc de détourner la conversation sur lui pour ne pas trainer autour de mon sujet. Je m’interrogeait tout particulièrement à ce qu’il avait dit en dernier. Je décidai de le
questionner un peu dessus, histoire d’avoir de la discutions et de paraitre courtois.


« Lorsque vous dîtes « en règle générale », il y a une raison particulière à ca ?? »

Je dosai délicatement mes réponses pour ne pas paraitre trop curieux. En attendant qu’il me réponde je commanda une autre bière. Une fois celle-ci arriver, je l’a vida jusqu’à sa moitié puis la reposa sur le comptoir.
Je ne savais pas ce que comptai faire Aeron. Si il voulait continuer cette conversation ou bien y mettre un terme. Je le regarda alors tout en remarquant qu’il avait une forte musculature ainsi qu’une cicatrice sur son torse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Ven 19 Aoû - 0:52

J'espérais une quelconque réponse venant de mon interlocuteur pour éviter de passer pour un ahuris, surtout que je lui avais tendus la main, j'aurais eu l'air fin s'il m'aurais ignoré, il semblais hésiter a me parler puis après quelques seconde :

« Ravis de te rencontrer. Je m’appel Romario Silvic mais tu peu m’appeler comme tu le souhaite. Je suis aussi un pirate, solitaire et sans équipage pour l’instant. »

Je n'avais heureusement pas affaire a un marine ou a un civil, mes instincts ne m'avaient heureusement pas trompés. J'aurais tout de même voulus tester mes nouvelles capacités au combat, mais rien n'étais perdus.
Avant que j'ai eu le temps de répondre quelque chose ou commander un autre tonnelet de bière il enchaîna :

« Lorsque vous dîtes « en règle générale », il y a une raison particulière à ça ?? »

J'étais un peut gêné de raconter mes exploits minables mais au point ou j'en étais je ne pouvais pas faire marche arrière, j'hésita un peut et lui dis:

" Eh bien en général les pirates font partis d'un équipage ou en on un, mais vois tu je hère seul,Et je n'ais pas de bateau ..enfin a chaque escale mon bateau est détruit donc je perd un temps fous à chaque escales, et la plupart du temps je n'essaye pas de piller des villages ou de vivre un vie pleine d'aventure...

Je matérialisa une sphère d'or dans ma main,

comme tu le vois, je 'ais pas vraiment besoin d'argent et les aventure, seul...ce n'est pas vraiment palpitant, je n'en ais vécus que très peut ma vie de pirate ne se résume qu' a survivre et a combattre des marines. Et toi tu t'en sort en tant que pirate?
Je me tourna vers Romario dans l'attente d'une réponse

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Mer 24 Aoû - 5:19

Au fur et à mesure que les minutes passaient, la nuit apparaissait peu à peu. Si l’on regardai dehors, on pouvait apercevoir le soleil se coucher sur l’horizon. Les couleurs du ciel formaient un magnifique dégradé. Elles passaient du jaune à l’orange, puis de l’orange à rouge. La salle pris alors une teinte oranger au contact du reflet de ce spectacle de la nature. Le bar se vida petit à petit, les clients rejoignaient surement le restaurant. Il devait être au alentour de vingt heures.
Aeron, lui était rester la. J’attendais patiemment sa réponse, mais il parut gêné et semblait hésité à me la donner. Je me demandais bien ce qu’elle pouvait contenir pour paraitre si embarrassante. Il commençait ensuite à parler. J’étais quelque peu soulagé qui ne me suspecte pas et que la conversation puisse continuer normalement sans prendre de mauvais chemin.



" Eh bien en général les pirates font partis d'un équipage ou en on un, mais vois tu je hère seul,Et je n'ais pas de bateau ..enfin a chaque escale mon bateau est détruit donc je perd un temps fous à chaque escales, et la plupart du temps je n'essaye pas de piller des villages ou de vivre un vie pleine d'aventure...

J’analysais rapidement ses paroles. Je put donc en conclure qu’il n’était pas dans une situation très différentes de la mienne. En revanche, il semblait qu’il rencontrait plusieurs problèmes. Ses navires paraissait avoir la poisse, ou bien alors c’était lui qui la portait. Ce n’était donc pas un pirate sanguinaire et sans pitié qui s’attaque aux autres. Enfin, je me demandais si c’était plus par choix que par incapacité. En tout cas j’étais plus tôt satisfait de ne pas être tomber sur un de ces gars sans cœur avec qui la discussion se résumait en un combat inutile.
Ensuite, il ce passât un phénomène incroyable. Je n’avais jamais vu ca. Je n’en croyait pas mes yeux. Ils devaient me tromper pour me montrer une tel chose.
L’albinos créa un sphère d’or dans le creux de sa main. Je n’en avais jamais vu en si grande quantité ni d’une telle pureté. Cela aurait pus aussi bien être du toque, je n’en avais pas la moindre idée. Je ne m’y connaissait pas dans ce genre de chose. Ce qui m’impressionnais le plus, c’était le fait qu’elle soit apparue. D’où sortait ce ballon d’or? Comment l’avait-il fait apparaitre ? J’en restais sans voie devant ce spectacle. Jusqu’à lors où une idée me traversât l’esprit. Était ce que l’on appelait donc « un fuit du démon » ? J’en avais déjà entendu parler par les occupants du dojo, mais jamais je n’aurais crus que cela pouvait excité. Pour moi, ce n’était que des légendes. Un de ces comptes racontés aux enfants le soir pour qu’ils s’endorment et en rêves. Je n’aurais jamais pensé en croiser un un jour. Cependant, seule cette explication me paraissais plausible. Quoi d’autre aurait pu expliquer ce qui ce passait devant mon regard ébahit ? Je revint un peu à ce qui ce passais autour de moi. Ce n’étais pas bon de baisser ma garde ainsi. Je ne devais pas relâcher mon intention de la situation. Je repris donc mes esprits quand Aeron continua de parler:


comme tu le vois, je 'ais pas vraiment besoin d'argent et les aventure, seul...ce n'est pas vraiment palpitant, je n'en ais vécus que très peut ma vie de pirate ne se résume qu' a survivre et a combattre des marines. Et toi tu t'en sort en tant que pirate?


Je m’étais à peine remis de mes émotions et ses paroles me surpris un peu. Sa première affirmation confirmât donc bien le fait que c’étais de l’or véritable. Si il pouvait en crées à volonté, ce n’était pas étonnant qu’il n’en manque pas. En revanche, ce qui me laissa un peu plus perplexe, c’était sa solitude. Comment un pirate pouvais naviguer en permanence seul ? Bon, il est vrai que ce n’était pas très différent de ma situation actuel, mais je cherchais un équipage tandis que lui semblait préférer ca. Enfin, peu être qu’il n’avait pas vraiment le choix, qu’il était dans l’incapacité d’être avec autrui ou bien que c’était les autres qui ne pouvait naviguer aves lui. Quoi qu’il en soit, il était seul. Mais je ne n’avais vraiment pas la moindre idée de si il aimait ca. Selon ses propos, il ne vivait que pour vivre et ne suivait aucun but. Il n’avait pas l’air d’avoir de rêves après lequel courir. Les aventures ne donnaient pas l’impression de l’intéresser. Il passait donc son temps à combattre des marines, vu qu’il était un pirate, ca n’avait rien d’étonnant. Après toutes avoirs parcourus ses paroles dans ma tête, je retrouvas ma voie pour lui répondre. Répondre à une question que je ne m’étais jamais vraiment posée.

« Je n’y ais jamais vraiment réfléchis enfaite. Je ne pense pas mal me débrouiller vu que je suis encore vivant, mais c’est pas vraiment ca non plus. Mon premier équipage a sombré peu après notre arrivée sur Grandline, et depuis je me promène on va dire, sur l’océan en cherchant de quoi m’occuper. Je ne peux pas vraiment me comporter comme un pirate en étant seul. Mais, je me demandais, et vous ? C’est par choix que vous rester dans la solitude ? »

J’avais l’impression de parler tout seul. Dès le moment que j’enchainais plus de trois phrases, je me persuadais que je faisais un monologue. C’étais plus tôt gênant mais je n’y prêtais pas plus d’intention. Pour l’instant, j’espérais juste que n’avais pas mis trop de temps à répondre ainsi qu’il n’était pas trop impatient. Je commençais un peu à fatiguer. Le sommeil s’emparais peu à peu de moi et ma capacité de réflexion devenait de plus en plus douteuse. Mes paupières devenaient de plus en plus lourdes et se fermaient petit à petit. Lutter pour rester réveiller devenait de plus en plus compliqué. Non pas que la conversation était désagréable, ni qu’elle me gênait, mais j’osais espérer qu’elle ne s’éternisera pas longtemps, je n’étais vraiment pas sur de pouvoir suivre tout le long. Si elle commençait à aller trop loin, je devrais y mettre un terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Ven 26 Aoû - 8:18

Après quelques secondes Romario me répondis:

« Je n’y ais jamais vraiment réfléchis enfaite. Je ne pense pas mal me débrouiller vu que je suis encore vivant, mais c’est pas vraiment ca non plus. Mon premier équipage a sombré peu après notre arrivée sur Grandline, et depuis je me promène on va dire, sur l’océan en cherchant de quoi m’occuper. Je ne peux pas vraiment me comporter comme un pirate en étant seul. Mais, je me demandais, et vous ? C’est par choix que vous rester dans la solitude ? »

Je le voyais luter contre le sommeil, je me demandais si c'étais par ce que je l'ennuyais , qu'il ne supportais pas l'alcool, ou qu'il avais fais un voyage épuisant. Je ne savais pas vraiment quoi répondre, je lui dis:

"allons manger, je t'invite, nous parlerons en route"

Romario accepta l’offre, ce qui me réjoui car je mourrais de faim, quand nous fumes hors de portée de vois des civils je lui dis:

"Ce n'est pas entièrement par choix que je suis seul, enfin, c'est peut être par peur de devoir rester avec la même personne, aussi par timidité, il serais d'une difficulté extrême pour moi de demander a quelqu'un de venir avec moi, j'ai déjà rencontré certaines personnes sympathiques, mais je ne sis partis avec aucune, après tout il vaut peut être mieux pour eux de ne pas reste avec moi, toute les personne avec qui j'ai vécus sont mores, les moines d'un temple, et un scientifique, et tout ça par ma faute.Mais je m'égare, et je ne veut pas vraiment parler de ça.Vous m'aviez l'air surpris quand vous avez vus mes pouvoirs, vous n'avec jamais rencontré de personnes ayant mangé un fruit du démon?"

Nous continuions de de marcher entre les bassins, tout en évitant de tomber, car la nuit étais tombé et il étais difficile de se repérer,je décida de laisser Romario passer devant car je n'avais aucune idée de l'endroit ou nous étions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Mer 31 Aoû - 6:39

Le soleil disparaissait. Les derniers rayons qui pointaient encore leurs bouts commencèrent a perdent leurs lueurs. L’immense terrasse était à présent déserte de tout client et employé. Quelques personnes seulement c’étaient attardées dans le bar. Les autres avaient fait en sorte de pouvoir ce coucher tôt en prévision de la journée de demain où ils voulaient pleinement profités des activités de Holiday Island ainsi que son beau temps. Certain venaient uniquement tout en espérant qu’ils auraient la chance d’être témoins de la légendaire pluie de bonbons. Elle qui contribuait en partie à la renommée de l’île du spa. Je m’étais renseigner en lisant les brochures que l’hôtesse m’avait procurer en m’accompagnant jusque ici. C’était un endroit qui semblait attirées les foules du monde entier. Le problème, c’est que étant situé sur Grandline, peu de personnes osèrent venir des autres mers, où ceux qui s’aventurèrent, peu d’entre eux devaient réussir à passer le cap des jumeaux. La majorité des clients devait être des pirates ou bien peu être des habitants de cet océan. Enfin, je me fichais pas mal de la clientèle. Enfaite, je me fichais de presque tout. Mais c’étais dans ma nature depuis ma naissance. Je ne pouvais m’empêcher d’analyser et d’étudier chaque situation. C’était pareille avec le comportement des gens. Pour moi, il m’était facile de lire à travers les gens. De ressentir leurs émotions, leurs sentiments. J’arrivais aussi à me faire une vague idée de leurs pensées. Bon, il est vrai, je doit bien l’admettre, il ne m’était pas impossible de me tromper. Certaine personne sont plus difficile à déchiffrer que d’autre. Je pense aussi être une de ceux qu’on appels des livres ouverts. D’un point de vue externe, me comprendre, savoir ce que je pense et ressens doit être une tache aisée. Du moins, il me semble être transparent. Après, il est possible que c’est ce que je ressens à cause de ma capacité à bien réussir à lire dans les gens. Je trouvais ca d’ailleurs bizarre. Comment arrivais-je à les déchiffrer comme ca, aussi facilement alors que je ne trouvais pas l’être humain particulièrement intéressant? C’est une race si prévisible, si ennuyante.. Au fond, lorsque l’on connait l’un d’entre eux, on les connais tous. Ils ne sont pas différents même si c’est ce qu’ils en pensent. Il arrivait parfois que certain humain pouvais s’avérer drôle a leurs manière de penser et de réfléchir. Même moi je me faisait rire. Halala… Qu’est-ce que l’ont pouvais être chiant. Il ne faut surtout pas croire que je me considère comme supérieur. Je me met dans le même panier que les autres car après tout, je suis comme eux, ils sont comme moi. Ont est simplement pareils. Où peut être au contraire suis-je inférieur ? Cela ne m’étonnerai pas.
Et voila que je me remettais à divaguer. C’est fou comme il m’étais dur de rester concentré sur une situation banale. Une bonne rencontre est toujours sympas, je ne dirais pas le contraire, mais lorsqu’elle reste dans la routine, l’ennuie suivi de la divagation prenne part de moi. J’espérais ne pas mettre perdu dans mes pensées trop longtemps. Je craignais un peu de passer pour un bobet. Je crois que le pire, c’est qu’il m’arrive un peu trop souvent à mon goût de me déconnecter de l’instant présent pour voyager dans la liberté de mes pensées. Il faillais que je reprennes mes esprits rapidement encore une fois. De plus, le sommeil ne m’aidait pas. Je luttais de plus en plus à rester éveiller. Mes paupières commencèrent à se fermer d’elles même. Je n’arrivais pas à trouver la volonté de garder les yeux ouvert. Je me senti lentement sombrer quand soudain, un bruit étrange me fit revenir à moi. Je relevais ma tête qui était tomber sans que je m’en rende compte. Je cherchais ensuite d’où venait ce son. Je pensais avoir rêver car il avait cesser. Cependant, il retentit de nouveau. Je regardais alors d’où il provenait. Mon regard se posa donc sur le ventre de Aeron. C’était un gargouillement ca ? Il devait mourir de faim pour que son estomac produise un tel bruit. Pour peu, j’aurais put le confondre avec celui d’un ours. Depuis combien de temps n’avait-il rien avaler ?
En tout cas, il dut remarquer ma fatigue, et paru vaguement gêner par le son produit par son ventre puisqu’il me dit:


"allons manger, je t'invite, nous parlerons en route"


J’accepta l’offre par peur de paraitre discourtois. Non que ca ne m’enchante guere, au contraire, ca m’arrangeais car je commençais à avoir un petit creux aussi. Nous quittions alors nos sièges et tourna ensuite le dos au comptoir. Nous traversions le bar maintenant désert puis sortis sous les étoiles qui brillaient de toutes leurs splendeurs haut dans le ciel, éclairé par sa lune qui était presque pleine. Nous faisions maintenant face à une obscurité casi totale. La clarté de la nuit de suffisait pas à s’orienter correctement. Je trouvais ca d’ailleurs étrange que les bassins ainsi que les terrasses ne soit pas éclairés. Ni même un chemin n’était tracé. L’on pouvais tout de même distinguer où ce trouvait la limite du vide grâce au reflet du satellite du l’océan. Comment cela ce faisait-il qu’il n’y avait aucun signe d’éclairage de la part de Holiday Island ? La lumière du bar se faisait trop faible pour nous aider.
L’albinos des cheveux ne semblait pas avoir remarquer ce détaille. Pour cause, il commençât à me parler.



"Ce n'est pas entièrement par choix que je suis seul, enfin, c'est peut être par peur de devoir rester avec la même personne, aussi par timidité, il serais d'une difficulté extrême pour moi de demander a quelqu'un de venir avec moi, j'ai déjà rencontré certaines personnes sympathiques, mais je ne sis partis avec aucune, après tout il vaut peut être mieux pour eux de ne pas reste avec moi, toute les personne avec qui j'ai vécus sont mores, les moines d'un temple, et un scientifique, et tout ça par ma faute.Mais je m'égare, et je ne veut pas vraiment parler de ça.Vous m'aviez l'air surpris quand vous avez vus mes pouvoirs, vous n'avec jamais rencontré de personnes ayant mangé un fruit du démon?"

Et moi qui trouvais que je parlais beaucoup trop. La faim et la fatigue combinées, me faisaient perdre le fil de son monologue. Mes capacité de réflexion n’étant pas brillante ce soir là, j ‘eu du mal à assimiler la totalité de ce qu’il me dit. J’avais tout de même put comprendre une grande partie de son discours. Comme le fait que ce n’était pas vraiment par choix qu’il ne naviguait qu’avec sa solitude. Un grand timide hein ? J’eu un petit rire intérieur lorsque j’entendit ces mots. En tout cas, à croire qu’il était mal à l’aise au contacte d’autrui. Mais ce qui m’interpellât était plus le fait qu’il mentionne une parie de son passé. Il semblait trainer un fardeau plus tôt lourd. Comme ca il entrainait la mort auprès de son entourage ? Mal chance ou destin ? Peu importe, cela paraissait être la cause de ses tourments qui se reflètent dans ces yeux.
Il m’avait raconté tout ca tout en ce déplacent je ne sais où. Jusqu’à lors je le suivais mais il semblait enfin prendre compte que notre visibilité était limitée. Ayant repérer les lieux à mon arriver, je savais un peu près où ce situaient chaque bassin grâce à mon sens de l’observation.
Dans sa discussion a sens unique, il remarqua qu’il commençait à aller trop loin dans le récit de son passé puis il revint au sujet précédent. Ce mystérieux pouvoir. Alors c’était donc bien un fruit du démon. C’est un peu comme si je voyais le vrai père noël déposer les cadeaux au pieds du sapin. Avant, pour moi ce n’était qu’une légende. Ce compte que ce racontaient les marins au ports était donc vrai.
Je pris soin de regarder où je mettais mes pieds et d’avancer dans une direction inconnue. Je savais juste où il fallait que justement je n’aille pas. Je luttais moins contre la fatigue car l’éveille de mes sens devait être précis sinon je pourrais bien finir a l’eau. Il fallait aussi que je me concentre sur la réponse que j’allais lui donner. Rhha qu’il était difficile de s’orienter dans un noir comme celui là.


« Et bien disons que les pouvoirs du fruit du démons était plus un myth. qu’autre chose pour moi. Je fais mes début en mer et je ne connais pas encore grand-chose de ce monde. »


Soudain, des lumières apparues enfin. Les néons qui se trouvait au parois des piscines ainsi que les boules lumineuses au bords des bassins s’allumèrent. Des lampadaire s’éclairaient eux aussi à leurs tour. Je me retournais et vis que le restaurant se trouvait à vingt mètres de nous. Je regardais ensuite où j’allais poser le pied. Et bah c’était moins une… Déconcentré par mes propres paroles, je m’étais dirigé droit vers le précipice. Je lançais un soupir d’exaspération ainsi que de soulagement.
Accompagner d’Aeron, nous nous dirigeâmes dans la salle de restauration où nous y primes place. Une fois installer, je continua à m’adresser à l’albinos des cheveux.


« Sinon j’ai put remarquer que vous semblez trainez le lourd poids du passé. Je comprend que vous ne souhaitez pas m’en dire plus. Mais peu importe le problème, un jour il vous faudra bien le régler. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Jeu 27 Oct - 9:45

Mon interlocuteur me posa la seule phrase que je voulais a tout prix éviter:
« Sinon j’ai put remarquer que vous semblez trainez le lourd poids du passé. Je comprend que vous ne souhaitez pas m’en dire plus. Mais peu importe le problème, un jour il vous faudra bien le régler. »
Je ne savait vraiment pas quoi répondre a ça, et tenter de sujet...avec mon manque de tact ça serait totalement impossible, je réfléchis a toute vitesse, je voulais éviter le sujet a tout prix, le temps de ma réflexion, un serveur était déjà la , il était grand et maigre, presque squelettique, il arborait une fine moustache, avait un net extrêmement fin , nous regardais avec de petit yeux noirs sous de tout fins sourcils, son front était plissé, et ses cheveux étaient peignés soigneusement. Il semblait nous mepriser, et nous dit d'un air hautin:
"Ces messieurs désirent?"
Je profitas de ce moment de répit, et répondus :
"Nous prendrons...mmmh...deux homards, et avec cela votre meilleur vin blanc s'il vous plait...oh et avec cela, deux steaks bien saignants!"
L'homme sembla douter de notre capacité a payer, et je lui glissa une petite pièce d'or, ce qui le fis partir immédiatement.
Je me retourna vers mon invité, qui ne semblait pas voir oublié notre précédent sujet de conversation.Je me résigna donc:
"Mes problèmes sont impossibles a régler, si je voudrait les résoudre, cela finirais surement mal, si je te révélais mes origines tu me haïrais a coup sur, il ne me reste plus qu'a errer d’île en île, sans bout, parfois je tue des marines, pour rester officiellement un pirate, mais je n'ais plus de passé, et pas de futur, pour l'instant je ne cherche ni la gloire ni de trésors, je cherche une cause...Et toi, qu'en est il de ta vie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Lun 31 Oct - 9:43

Je n’aurais peu être pas du aborder ce sujet la. Il semblait particulièrement le mettre mal à l’aise, voir paniquer à l’idée d’en parler. D’ailleurs, il ne sembla pas remarquer à quel point son soulagement c’était lut sur son visage à l’arrivée d’un serveur qui semblait avoir un thermomètre coincer dans les fesses. Non sérieusement il semblait vraiment pincer celui la. Je n’aimais pas vraiment sa façon de nous mépriser du regard. Bien que je pense que ca doit être normal vu le nombre de pirate qui passe par m’ile du spa, certain doit foutre un beau bordel. Lorsqu’il se mit a parler pour prendre notre commande, on aurait dit qu’il sortait d’une école de majordome.


"Ces messieurs désirent?"


J’avais a peine eu le temps de jeter un coup d’œil à la carte mais l’albinos des cheveux me sauva la mise en commandant pour moi. Heureusement que ca ne me déplaisais pas, je n’avais aucune envie de le rattraper.


"Nous prendrons...mmmh...deux homards, et avec cela votre meilleur vin blanc s'il vous plait...oh et avec cela, deux steaks bien saignants!"


Un repas digne de la bourgeoisie. J’aperçu Aaron lui glisser une pièce dans sa poche pour confirmer que nous pourrons payer. L’homme sembla en être satisfait et se retira dans les cuisines. C’est alors que je remarqua que les lieux n’étaient pas décorer avec le fond du grenier. Les tissus devaient êtres de la soie ou du velours, ornées de dentelles très fine. Le couvert était en argent, les plats en porcelaine et les verres en cristal. De plus, les autres clients s’adaptaient plutôt bien au décors. Ont aurais dit qu’ils venaient du même lot que le serveur. Vêtus de fourrures, de grand costumes, de longues robes et ornée de bijoux, parures et autres accessoires. Mais où es-ce que nous avions atterris? Avec le recul, cela paraissait normal que le serveur se soit méfier de nous. Comparer aux autres, nous faisions taches parmi toute cette luxure. Le temps de cette rêverie, j’en avais presque oublie mon compagnons de soirée. Celui-ci d’ailleurs avait continuer notre conversation que j’avais décrocher en pensant ne pas obtenir de réponse. Cependant, il me répondit, et ce n’était pas vraiment joyeux.

"Mes problèmes sont impossibles a régler, si je voudrait les résoudre, cela finirais surement mal, si je te révélais mes origines tu me haïrais a coup sur, il ne me reste plus qu'a errer d’île en île, sans bout, parfois je tue des marines, pour rester officiellement un pirate, mais je n'ais plus de passé, et pas de futur, pour l'instant je ne cherche ni la gloire ni de trésors, je cherche une cause...Et toi, qu'en est il de ta vie?

Décidément, cette homme semblai avoir perdu toute sa volonté. Je pense que c’est vraiment dommage. J’acceptai le fait qu’il ne veuille pas m’en dire plus, après tout, nous étions encore deux parfait inconnu l’un pour l’autre. Il avait tout a fait le droit de ne pas partager ses secrets. Même si la curiosité me pousserait plutôt à en savoir un peu plus. Je le sentais bien pessimiste quand même. Dire que c’est problèmes sont impossible a régler, je ne voyais vraiment pas de quoi il pouvait s’agir. Tout n’est pas impossible à résoudre. Cependant, le désirs d’avancer semblait l’avoir quitter. Je devais faire attention, sinon, à trop le fréquenter je risquais de me mettre à déprimer avec lui.
Il fallait que je lui remonte de morale. Je m’en voudrais d’avoir rien fait si on le retrouve au bout d’une corde. Il devait forcément il y avoir une solution à ses ennuis. Si on s’y prend bien, il n’y a aucune raison que ce tourne mal. Je ne pouvais le laisser de son coté à se renfermer dans sa solitude. Ca fait trop mal d’être seul.
Je soupirais.


« Des problèmes impossible à régler hein ??? En est tu sur ??? A tu fait tout ton possible pour les résoudre ??? Tu ne pense pas avoir baisser les bras trop tôt ??? Je pense que si. Sinon comment tu explique que tu soit là à ce moment même ??? Tant que tu n’a pas donné ta vie pour ton combat, comment peut tu assurer qu’il n’y a plus rien a faire et que tu a essayer ??? Tien-tu vraiment à rester seul ??? Ont peut souhaiter la solitude, mais personne ne peut y survivre. Je ne sais pas ce conte quoi tu te bat, mais si tu cherche une nouvelle cause alors que ta bataille n’est pas terminer, c’est que tu est lâche. Tu m’a demandé ce qu’il en était de ma vie. Il n’en ai rien, je m’ennuie, alors pour le coup je vais t’aider a régler t’es emmerdes. Je te laisserai pas abandonné si facilement. Navré, ca ne me concerne pas et ne me regarde en rien, mais ca m’insupporte. »

Zut. Trop tard pour regretter ces paroles. Mais il fallait être réaliste, il était entrain de gâcher sa vie. Lui balancer le gros de la vérité en pleine gueule paraissait le seul moyen pour lui faire prendre conscience de sa connerie. Bien qu’il devait le savoir, il fallait le faire réagir.
Une femme, un homme, un ami, un traitre, un amour, une perte… Qu’elle que soit la raison, tant quand un homme a des regrets, il ne peut pas vivre pleinement. Je m’étais peut être emporté un peu. Après tout, ca n’était pas a moi de lui faire ce genre de remarque. De plus, je n’ai jamais vécu ce genre de situation alors comment pouvais-je me permettre de parler. J’espérais ne pas l’avoir offensé. Qu’il ne soit pas vexer et qu’il ne me plante pas la sur le coup de la frustration. Il devait penser que j’avais un sacré culot pour me permettre de lui parler de sa vie comme ca. Cependant, je ne m’excusais pas, car je ne regrettais pas. Si je n’arrivais pas à le bouger, surtout à le motiver, je plain sincèrement ce qu’il deviendra. Sur ce, j’attendais avec appréhension sa réponse car elle risquait fort d’être déplaisante. Mais je l’avais mériter a me mêler de ce qui ne me regarde pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeron

avatar

Messages : 110
Haki : 79
Surnom : le forgeron

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Mar 1 Nov - 2:31


Après m'avoir écouté d'une oreille distrète ce que je lui ais dis, elle me répondis calmement:

« Des problèmes impossible à régler hein ??? En est tu sur ??? A tu fait tout ton possible pour les résoudre ??? Tu ne pense pas avoir baisser les bras trop tôt ??? Je pense que si. Sinon comment tu explique que tu soit là à ce moment même ??? Tant que tu n’a pas donné ta vie pour ton combat, comment peut tu assurer qu’il n’y a plus rien a faire et que tu a essayer ??? Tien-tu vraiment à rester seul ??? Ont peut souhaiter la solitude, mais personne ne peut y survivre. Je ne sais pas ce conte quoi tu te bat, mais si tu cherche une nouvelle cause alors que ta bataille n’est pas terminer, c’est que tu est lâche. Tu m’a demandé ce qu’il en était de ma vie. Il n’en ai rien, je m’ennuie, alors pour le coup je vais t’aider a régler t’es emmerdes. Je te laisserai pas abandonné si facilement. Navré, ca ne me concerne pas et ne me regarde en rien, mais ca m’insupporte. »

Ce qu'il dit m’agaça au plus haut point, comment ce gamin a qui il n'étais jamais rien arrivé, pouvait oser comprendre ce qu'il m’étais arrivé? La colère me submergea, je me leva et cira:

"Et que sais tu de mes problèmes ! Comment peut tu oser dire que tu peut m'aider! Hein! Tu veut savoir comment régler mes problèmes!? Tu prétend vouloir m'aider! Eh bien vas y! Vas donc détruire le gouvernement mondial! Tout n'est pas aussi simple qu'il n'y parait ! Tout n'est pas rose dans ce monde! Au contraire!"

Puis le partis et me dirigea vers la sortie histoire de me défouler un peut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 24
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   Sam 5 Nov - 10:24

Après mon discours déplacé, Aeron devint rouge. Il semblait avoir du mal à se maitriser et de garder son calme. Mes paroles avait l’air de l’avoir fait rentrer dans un agacement des plus total. C’était compréhensible vu que j’avais parler sans réfléchir. A sa place, je pense que je n’aurais pas laisser mon interlocuteur s’en sortir indemne. Je lui en aurait tellement voulu qu’il serait déjà à terre.
Je ne regrettais pas mes mots car je les pensais réellement. D’ailleurs, sa réaction était prévisible. Qui ne serait pas énerver après avoir entendu ca, surtout d’un inconnu? Mais qui n’aurait pas réagit face à une telle négativité. Agacer, je me plongea dans l’assiette que le serveur tiré par quatre épingles était revenu nous apporté. Je me concentra sur mon plat mais je sentais que l’albinos des cheveux bouillonnait à l’intérieur. Je commença à m’attaquer à mon homard quand Aeron prit la parole:



"Et que sais tu de mes problèmes ! Comment peut tu oser dire que tu peut m'aider! Hein! Tu veut savoir comment régler mes problèmes!? Tu prétend vouloir m'aider! Eh bien vas y! Vas donc détruire le gouvernement mondial! Tout n'est pas aussi simple qu'il n'y parait ! Tout n'est pas rose dans ce monde! Au contraire!"

Il c’était levé pour prononcer son discourt qu’il cria d’une voie plutôt forte. J’avais relevé ma tête pour le voir perdre son calme. Je le regardais tranquillement tout en continuant de manger mon steak. Je connaissais sa réaction d’avance alors je ne fut par surpris malgré la dureté de ses mots. C’était plutôt mal poli de refuser l’aide de quelqu’un sur ce ton. Mon regard jouait au indifférent. Ca m’agaçait les personnes qui s’emportait autant lors de conversation respectueuse entre adultes. Adultes…. moi-même n’avais pas encore atteint la majorité et pourtant. Même si il est vrai que pour être adulte ce n’est pas qu’un question d’âge mais aussi de mentalité et de maturité. Je ne dit pas que l’albinos des cheveux était immature, seulement sa façon de réagir. C’est vrai que mes mots pouvaient susciter à la colère mais une personne ayant une parfaite maitrise de soi aurait réussi à garder ses émotions à l’intérieur.
Certes il avait des problèmes. On en a tous, de plus ou moins grande ampleur. Le sien semblait de taille. Me répéterai-je en disant qu’on ne peut prétendre avoir tout essayer si on est encore en vie ??? Même le gouvernement mondial, qui semble être la source de ses ennuies, ne doit pas être imprenable. Il suffit d’être bien entouré et surtout d’avoir la volonté. Je ne garanti pas qu’il y a forcement une victoire à la fin, mais tant qu’on a pas tout donner pour essayer d’y arriver, comment être sur de ce qui en ressortira ???
Une fois avoir extériorisé sa colère, Aeron parti dehors sans se retourner. Je ne le suivi pas. Je continua à m’occuper du contenu de mon plat. Je remarqua alors que plusieurs clients qui se situaient autour de notre table me regardaient interloqués. Ils avaient probablement du suivre toute la scène qui pour dire, ne c’était pas déroulée dans le silence et la discrétion. Je leur adressais un sourire gêné et but une gorgée de vin. C’est alors que je vis trois marines se diriger vers la sortie à leurs tours. Ils venaient de quitter la table juste derrière moi. Quand je me retourna, je vis que leurs plats étaient à moitié entamer. Ils avaient emportés avec eux leurs armes de services. C’est à ce moment là que je compris. Je me remémorais l’action: L’albinos des cheveux qui cris tout haut d’aller s’attaquer au gouvernement mondial.
Aie ! Je m’empressa je terminer mon repas (bah oui après tout j’ai faim) et laissa de l’argent sur la table. Je suivi alors les traces des quatre dernières personne à avoir passer le pas de la porte et me retrouva dehors. Je chercha du regard où pouvait bien se trouver les hommes et aperçus les officiers se diriger vers Aeron qui était assis sur un transat. Je m’approcha discrètement en évitant de me faire remarquer, je comptais sur l’effet de surprise. Ils avaient maintenant encerclé l’albinos des cheveux. Plongé dans ses pensées, il n’avait pas l’aire d’avoir senti leurs présence. Quand il s’aperçut qu’il n’était plus seul, il se releva pour leurs faire face.
Je me plaçais derrière un muret qui se trouvait à moins de dix mètres d’eux. Je put alors entendre un des marines s’adresser au pirate:


« Alors comme ca on veut s’en prendre au gouvernement mondial, hein ??? Moi et mes coéquipiers ont aimerais bien pouvoir en parler avec toi, tu vois.

Il commença ensuite à dégainer un sabre, suivi des deux autres qui l’encadraient. Il continua,


Si on attrape un gars comme lui et qu’on le livre au quartier général, on peut espérer une promotion les mecs, dit-il au deux marines, il doit bien avoir un lien avec les gens de la haut pour vouloir s’en prendre à eux. »

Mince. Si il se retrouvait dans une situation comme celle là c’était entièrement ma faute. Je l’avais pousser à crier et le voila bien maintenant. De plus, je n’avais aucune idées de si la tête d’Aeron était mise à prix. Était-il rechercher ??? Je me disais que si jamais c’était le cas, c’est qu’il doit bien savoir se défendre et attaquer. Je resta tout de même planqué à proximité car n’ayant aucunes armes et autres moyens d’attaquer si ce n’est mon corps, je ne serrais qu’inutile en combat. Il fallait y aller fin stratège. Foncer tête baisser ne résoudrai rien. Même si ils n’étaient que trois, l’albinos des cheveux ne s’y était pas préparé. J’espérais qu’il n’était pas trop déboussolé par notre précédente conversation.
Alors, un des marines commença se porter vers l’avant en position de combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le forgeron rencontre l’éclair blanc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le forgeron rencontre l’éclair blanc
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mugiwara Evolution :: Grandline :: Grandline :: Holiday Island-
Sauter vers: